BIO

En somme, pour faire une très rapide synthèse, je suis un artiste / plasticien conceptuel développant des projets qui s'articulent selon une méthodologie / un. protocole interdisciplinaire. 

 

______________________________________________________________________

 

TRAVAUX SÉLECTIONNÉS (2 axes ¬ divers projets)

Axe # 1 (CONTACT : oeuvre conceptuelle sous la forme de 4 phases interreliées)

Contact (phases # 1 - 2 - 3 - 4)

Frédéric Laflamme

2014 - tjs en cours 

* Phase # 4 (installation)  non diffusée au sein d'un lieu physique / concret 

Des propositions d'expositions ? Des propositions d'entrevues / conférences ? Veuillez me contacter via mon site Web. 

BREF DESCRIPTIF DE MON TRAVAIL CONTACT (2014 - )

 

Très globalement, il s'agit d'un travail conceptuel réalisé de manière cohérente sous la forme de 4 phases  interreliées  (interdisciplinarité) : PHASE # 1 ¬ effectio # 1 : Action urbaine | Collecte + PHASE # 2 ¬ effectio # 2 : Micro - Intervention  + PHASE # 3 ¬ effectio # 3  : Micro - Sculpture /  Objet | Archive + PHASE # 4  : Installation consistant à interroger  les dérives de l'idéologie sécuritaire au regard des perspectives des auteurs suivants: Michel Foucault, Gille Deleuze, Jacque Derrida, Hannah Arendt, Orwell, Michaël Fœssel, Guy Standing, Noam Chomsky, Merleau Ponty, De Certeau,  Patrick Moreau,  Normand Baillargeon, Christopher Hitchens, Renée Fregosi, Antoinette Rouvroy, Bernard Stiegler, Nicolas Truong, Maslow, Georges Lakhovsky,  Lipotvesky, Paul Ardenne,  Walter Benjamin, Fernando Pessoa, Camus, Socrate, Kafka,  Guy Standing (Le Précariat. Les 'dangers' d’une nouvelle classe), Lazzarato (Guerres et Capital), Orwell, Fregosi (nouveaux autoritarismes), Hannah Arendt, Stiegler, Rouvroy, Michaël Fœssel (Quartier Rouge - le plaisir et la gauche + État De Vigilance – Critique De La Banalité Sécuritaire / État libéral - autoritaire https://www.seuil.com/ouvrage/etat-de-vigilance-michael-foessel/9782757862278), Merleau Ponty, Chomsky, Normand Baillargeon (Liberté surveillée +  Identité, « race », liberté d'expression : Perspectives critiques sur certains débats qui fracturent la gauche), Michael Lachance (OEUVRES-BOMBES & BIOTERREUR – L’ART AU TEMPS DES BOMBES) Patrick Berche (L'histoire secrète des guerres biologiques: Mensonges et crimes d'Etat), Francis Anthony Boyle, Raoul Girardet (Mythes et mythologies politiques), etc. 

Grosso modo, l'intention derrière ce projet de création s'inscrit au cœur d'une réflexion portant sur les mécanismes et les infrastructures de surveillance et de contrôle qui rendent possible la « société de contrôle » (Deleuze, 1990) dans laquelle nous entrons progressivement. Dans un contexte caractérisé par diivers clivages idéologiques (clivages politiques, clivages religieux, clivages économiques, clivages identitaires, etc.), une augmentation drastique de la paupérisation  + incertitude économique + austérité économique / etc., il n'est pas surprenant de constater que plusieurs individus accordent de plus en plus d'importance à la question sécuritaire. 

Et avec le développement fulgurant des dispositifs numériques, cela multiplie les moyens permettant d'identifier des individus potentiellement « dangereux » (précaires, endettés, pauvres, etc.).

 

Mais de quelle sécurité est-il question au juste ? Par qui est-elle appliquée ? Et pourquoi ? Et comment ? Quelles sont les dérivers possibles ? etc. Faut comprendre que la sécurité est un concept malléable.

 

Guerres et capital (Lazzarato) orientent nos sociétés et amplifient les possibles névroses sécuritaires (instrumentalisation sécuritaire) par tous et toutes (pensez à la loi C-51 fortement appuyée par les conservateurs de Stephen Harper et les libéraux + pensons à certains mouvements militants droite comme néogauche qui instrumentalisent la sécurité selon leurs idéologies, etc.). Cet hygiénisme / puritanisme sécuritaire souvent instrumentalisé (tant par la gauche que la droite en fonction de leur idéologie et trop souvent récupéré par la politique et autres) n'a peu d'impact constructif pour nos sociétés. Malgré tout, il est surprenant de constater que la non sureté économique règne (augmentation de la paupérisation, augmentation endettement, carence alimentaire, etc.) et que certains individus ne sont pas plus 'protégés' pour autant face face à des réels / concrets dangers et non des lubies imposées par des idéologues et/ou individus ayant des perceptions très questionnables. Néolibéralisme oblige  https://www.seuil.com/ouvrage/etat-de-vigilance-michael-foessel/9782757862278

 

La sécurité : un discours bien ancré dans nos sociétés contemporaines néolibérales

Le thème de la sécurité dans nos sociétés contemporaines est actuellement très fécond. La valorisation de cet idéal sécuritaire se situe à la base même des projets sociopolitiques qui caractérisent nos sociétés contemporaines. En effet, il s'agit de remarquer 1'ensemble des dispositifs sécuritaires (caméras de surveillance, murs frontière, présence de gendarmes armés, militants (gauche comme droite), qui surveillent d'autres militants, logiciels ClearView, Pegasus, Facebook, etc. retrouvés dans les espaces publics pour admettre que nos sociétés actuelles sont de toute évidence caractérisées par un renforcement massif de l'idéologie sécuritaire...trop souvent instrumentalisée par différents profils d'individus (tant la gauche que la droite) en fonction de leurs intérêts. 

 

Ce qui est étonnant avec ce nouveau paradigme sécuritaire, c'est qu'il ne comprend la réalité qu'en termes de risques, de dangerosité et de catastrophe. Dans cette nouvelle configuration du sécuritaire à tout prix, ce n'est pas le danger qui prend le pouvoir, mais la peur d'un possible danger. Il faut que chacun, tout le temps, se sente en sécurité partout (safe space, etc.). Pour y arriver, il devient nécessaire de multiplier les dispositifs sécuritaires pour que chacun vive à l'intérieur d'un espace sécuritaire. Or, une telle perception du monde rend difficile la formation d'une société basée sur un réel projet sociétal basé sur un vivre-ensemble émancipateur. Au contraire, elle engendre plutôt une société basée sur la vigilance où chaque individu (surveillance horizontale) est appelé à constamment soupçonner l'« Autre» pour mieux se protéger. D'ailleurs, il suffit de constater à quel point de plus en plus de citoyens s'impliquent dans ce processus de surveillance à tout prix (surveillance horizontale). Certes, la sécurité (face au crime organisé...crime organisé flirtant parfois avec les autorités - politiciens - militants aussi ) mais il importe de se poser des questions sur le comment, le pourquoi, par qui, etc. Et voir les dérives possibles. 

 

Cette« surveillance panoptique» (Michel Foucault, 1975) à l'échelle planétaire tend à s'imposer de plus en plus au sein de nos sociétés. Dans un futur très rapproché, il ne sera pas étonnant d'apercevoir des millions ou des milliards d'individus rivés devant un écran d'ordinateur en train de surveiller constamment nos espaces publics pour le mieux ou le pire ?! 

 

Dans ce contexte hypersécuritaire, de nouveaux dispositifs génèrent une démultiplication totale du contrôle de 1'espace public au quotidien. Dans ses derniers écrits, le philosophe Gilles Deleuze évoque 1'« installation progressive et dispersée d'un régime de domination » (Deleuze, 1990) des individus et des populations, qu'il nomme «société de contrôle». Deleuze s'appuie sur les écrits de Michel Foucault consacrés aux «sociétés disciplinaires » (Foucault, 1975) pour formuler son idée. Selon Deleuze, nos sociétés actuelles sont de moins en moins basées sur l'enfermement (prisons, etc.), mais davantage sur un contrôle exercé en continu sur les citoyens. Autrement dit, les nouveaux dispositifs de surveillance permettent un contrôle total sur les individus puisqu'ils s'opèrent hors des murs, dans le quotidien permanent des individus. 

 

Suivant l'analyse de Deleuze qui évoque le glissement progressif des sociétés disciplinaires vers les sociétés de contrôle, ces nouveaux dispositifs sécuritaires répondent à un désir très concret d'établir une jonction entre idéologie et espace public afin de contrôler en continu les personnes dans leur quotidien. En fait, les dispoitifs sécuritaires ont une fonction très précise : délimiter des territoires par une traçabilité afin d'assurer un contrôle permanent sur les déplacements des individus. En agissant selon la stratégie d'une surveillance constante du quotidien, ces dispositifs imposent ainsi des déplacements conformes à l'idéologie sécuritaire sans même altérer le territoire. Il s'agit ici de modifier« les usages sans modifier les lieux physiques afin de faire sauter la limite du pouvoir tel que retrouvé dans les structures classiques des murs. » (Razac, 2008). 

 

Ces nouveaux mécanismes de pouvoir se situent donc dans une société de type post disciplinaire tel qu'envisagé par Deleuze puisqu'ils ont substitué l'ouvert au fermé. Dans son texte intitulé Post-scriptum aux sociétés de contrôle, Deleuze a émis l'hypothèse que «nous entrons dans des sociétés de contrôle qui ne sont plus exactement disciplinaires, qui fonctionnent non plus par enfermement, mais par contrôle continu et communication instantanée » (Deleuze, 1990). L'efficacité de ces dispositifs tient au fait que ces mécanismes se dissipent parfaitement dans le quotidien des personnes. En fait, nos espaces publics deviennent des espaces de plus en plus gérés par ces dispositifs de contrôle qui découlent d'une idéologie dite sécuritaire. 

 

 

Une progressive dématérialisation des dispositifs sécuritaires comme stratégie de contrôle permanent 

Avec l'avènement des nouvelles technologies, une nouvelle forme de contrôle social s'est mise en place : beaucoup plus performante, elle est caractérisée par une hybridation entre les anciens dispositifs (murs frontière, barbelés, etc.) et les nouveaux (vidéosurveillance, traçabilité des déplacements, biométrie, etc.), favorisant  ainsi une « virtualisation du contrôle des espaces », une « virtualisation de la délimitation spatiale » (Razac, 2008). 

Face à ces nouveaux dispositifs de gestion de population (ou d'individus ciblés), on donc peut dire, pour paraphraser Michel Foucault, que cette nouvelle configuration prend la forme d'une« gouvernementalité algorithmique». 

Autrement dit, cette nouvelle forme de contrôle social s'effectue de plus en plus sous la forme d'une dématérialisation des dispositifs de contrôle traditionnels agissant ainsi comme une sorte de répression permanente puisque de moins en moins visible. Comme le mentionne Olivier Razac, «la délimitation territoriale n'est plus simplement représentée que par la forteresse, mais bien par de nouveaux dispositifs qui se dématérialisent de plus en plus et servent de prolongement aux anciennes structures de contrôle» (Razac, 2008). 

La biométrie : le corps comme frontière / Une intrusion directe dans l'intimité imposée par le néolibéralisme 

Plus de détails ? Entrevues ? Propositions d'expositions ? Veuillez me contacter + Lire les écrits de Deleuze, Foucault , Derrida, Guy Standing (Le Précariat. Les 'dangers' d’une nouvelle classe), Lazzarato (Guerres et Capital), Orwell, Fregosi (nouveaux autoritarismes), Hannah Arendt, Stiegler, Rouvroy, Michaël Fœssel (Quartier Rouge - le plaisir et la gauche + État De Vigilance – Critique De La Banalité Sécuritaire / État libéral - autoritaire https://www.seuil.com/ouvrage/etat-de-vigilance-michael-foessel/9782757862278), Merleau Ponty, Chomsky, Normand Baillargeon (Liberté surveillée +  Identité, « race », liberté d'expression : Perspectives critiques sur certains débats qui fracturent la gauche), Patrick Moreau, Christipher Hitchens, Michael Lachance (OEUVRES-BOMBES & BIOTERREUR – L’ART AU TEMPS DES BOMBES) Patrick Berche (L'histoire secrète des guerres biologiques: Mensonges et crimes d'Etat), Francis Anthony Boyl, Raoul Girardet (Mythes et mythologies politiques), etc. 

+ voir la section "exemples de mémoire réalisés dans cette concentration)

https://maitrise-communication.uqam.ca/recherche-creation-en-media-experimental/

Au nom de la sécurité (plutôt de la censure déguisée) : https://www.strangeculture.net

Quelques précisions sur les 4 phases de mon travail CONTACT  (travail conceptuel et interdisciplinaire - travaillé sous la forme de 4 phases: Action urbaine | Collecte + Micro - interventions + Micro - sculptures / Objets | Archives + Installation) 

Dans le cadre de ce projet, ma pratique artistique consistait en un travail interdisciplinaire (une « pratique artistique qui intègre les connaissances et les modes de pensée de deux ou plusieurs disciplines artistiques et non artistiques dont les langages sont en interrelation. »).

 

Les deux premières phases de mon travail, enracinées dans l'espace urbain et « à faible coefficient de visibilité »  (Wright, 2007), ont été articulées sous les formes de l'action et de la micro - intervention. La troisième phase fut articulée par un travail sculptural au regard de la notion de l'archives. La dernière phase de mon projet (phase 4) s'est cristallisée sous la forme d'une installation.

 

En abordant l'approche dite de la « phénoménologie du quotidien » (Schütz, 1981), la première phase du projet a évolué un peu comme le travail d'un archéologue qui intervient directement sur le terrain afin de collecter des matériaux me permettant de réaliser l'ensemble de mon projet. Le geste de la collecte de fragments d'ADN au sein de l'espace urbain fut le point de départ conceptuel et matériel de mon travail. 

 

 

 

Première phase ¬ effectio # 1  du projet conceptuel et interdisciplinaire CONTACT : Action urbaine | Collecte

 

Très globalement, cette phase consiste à questionner le paradigme sécuritaire en mettant l'accent sur  la notion de trace. Une sorte de métaphore des données collectées à notre sujet. 

 

Pour matérialiser ces questionnement / ces concepts, j'ai réalisé cette phase sous la forme d'un action urbaine. J'ai donc arpenté  la ville afin de collecter des fragments (cheveux, ongles, salive). 

 

* Cette phase est documentée par la photographie. 

 

* La documentation de ma première phase ¬ effectio # 1 :  (action urbaine | Collecte) peut faire l'objet d'une acquisition. Les prix varient en fonction de divers paramètres. À discuter. 

Des informations additionnelles concernant cette documentation seront discutées en temps et lieux.

 

________________

 

Deuxième phase ¬ effectio # 2 du projet conceptuel et interdisciplinaire CONTACT: Micro - intervention 

 

Sous la forme d'une «pratique artistique furtive» (Loubier et Ninacs, 2000), cette deuxième phase  ¬ effectio # 2 de mon projet conceptuel interdisciplinaire consiste toujours à questionner le paradigme sécuritaire mais plus spécifiquement centré sur la biométrie / les biotechnologies / etc. Une sorte de métaphore du comment nos données collectées peuvent êtres utilisées. 

 

Pour matérialiser ces questionnements / ces concepts, j'ai réalisé cette phase sous la forme d'une pratique artistique furtive. Cette deuxième phase de mon projet conceptuel et interdisciplinaire consiste donc à disséminer au sein de l'espace urbain les fragments (cheveux, ongles, etc.) collectés lors de la première phase. Ces fragments (cheveux et ongles) sont déposés à l'intérieur de petites fioles attachées à des documents similaires à ceux des passeports. Ces documents contiennent aussi d'autres objets / matériaux. 

 

* Cette phase est documentée par la photographie. 

 

* La documentation de ma phase  # 2 ¬ effectio # 2 (micro-intervention) + 1 exemplaire original approuvé strictement que par moi peuvent faire l'objet d'une acquisition. Les autres exemplaires (qui n'ont aucune valeur économique précise) devront également êtres authentifiés / approuvés par moi. À discuter.

(Ces documents sont uniques / codées selon un protocole précis)

 

* Des informations additionnelles concernant cette documentation seront discutées en temps et lieux.

 

________________

 

 

Troisième phase ¬  effectio # 3  du projet conceptuel et interdisciplinaire CONTACT: Micro - sculptures / Objets | Archives 

 

Très globalement, il est toujours question d'interroger le paradigme sécuritaire mais plus spécifiquement centrée sur la notion de l'archive au regard des perspectives de Derrida et Foucault. Une sorte de métaphore sur comment nos données sont archivées. Par qui ? Comment ? Comment s'opère la sélection ? Comment une archives peut - être construite., etc. 

 

Pour matérialiser ces questionnements / ces concepts, j'ai réalisé cette phase sous la forme d'un travail sculptural. Ces micro - sculptures sont façonnées à partir des fragments (cheveux et ongles) collectés lors de ma première phase + de l'argile + du verre. 

 

* Mes micro - sculptures / objets | Archives (phase # 3 / effectio # 3) peuvent faire l'objet d'une acquisition. Les prix varient en fonction de divers paramètres À discuter.

(Ces micro - sculptures sont uniques / codées selon un protocole précis)

 

* Des informations additionnelles concernant cette documentation seront discutées en temps et lieux.

 

________________

 

Quatrième phase ¬ du projet conceptuel et interdisciplinaire CONTACT: Installation 

 

Ici, il s'agit toujours de questionner le paradigme sécuritaire. L'idée principale tourne autour du *shadow file*( voir les écrits sur le "mobbing'  pour mieux comprendre cette idée). 

 

Pour matérialiser ces questionnements / ces concepts, cette phase est travaillée sous la forme d'une installation. 

 

* La phase # 4 (installation) est toujours à la recherche d'un lieu de diffusion. Un lieu physique / concret. Un format mieux adapté à la matérialité de celle-ci  | Un format moins étroit que le Web pour mon travail "CONTACT". 

___________________________

Axe # 2 (diverses oeuvres conceptuelles | interdisciplinaires : performances + photographies - performances + micro - interventions)

* Voir la section Autres travaux (section autres travaux de mon site Web

BREFS DESCRIPTIFS DE MES TRAVAUX (2015 - ) 

* Voir la section Autres travaux (section autres travaux de mon site Web) pour plus de détails. 

* Selon mon travail, voici  quelques  artistes et théoriciens qui ont inspiré ma démarche / mon processus / mes réflexions...pas que sur le plan esthétique (sans prétention, sans promotion, de près ou de loin...faut bien citer ses sources): Francis Alys, Andy Warhol (Time capsule), Marcel Duchamp, Gabriel Orozco, Jiri Kovanda, Roman Ondák, cae, Neša Paripović., Endré Tót, Ion Grigorescu, Joseph Beuys, Vito Acconci, Steve Kurtz, Actionnisme Viennois, Bas Jan Ader, Kafka, Gilbert Simondon, Paul Valéry, Michel De Certeau,  Boris Groys, Paul Virilio, Graham Coulter - Smith, Thierry Davila, Claire Bishop, Paul Ardenne, Guy Standing, Jean Lancri, etc. +  L'ÉVOLUTION DE MA PRATIQUE (via le cumul de mes travaux antérieurs, mes observations, psychosociologiques, mes lectures,   etc..). 

______________________________________________________________________

L'ACQUISITION DE MES TRAVAUX MON TRAVAIL, MES DROITS D'AUTEURS, MON CAPITAL 

1. Pour l'acquisition de mon travail CONTACT (travail conceptuel réalisé sous la forme de 4 phase interreliées (interdisciplinarité): Action urbaine | Collecte + Micro - interventions + Micro - sculptures / Objets | Archives + Installation) :

++ Le contenu de la documentation associée à l'action ¬ geste de ma phase # 1 (action urbaine) ainsi que le geste de ma phase # 2 (micro - intervention) + les caractéristiques esthétiques / visuelles / conceptuelles des objets que j'ai fabriqués POUR RÉALISER ma phase # 2 (micro - intervention) ainsi que ma phase # 4 (installation) + les objets fabriqués des suites de ma phase # 1 ainsi que de ma phase #  3  AINSI QUE LES PROPOS ET CONCEPTS associés à mon travail seront détaillés dans le cadre d'une exposition ET / OU une entrevue / conférence ET / OU potentiellement ici au regard de divers aspects. 

*PHASE 1 La documentation de mon action + Objet de ma phase  # 1 ¬ effectio #1: Action Urbaine ¬ Collecte | Geste + Objet peut faire l'objet d'une discussion visant une possible acquisition.À discuter. MONTANT demandé pour les archives photographiques de mon intervention urbaine = 50 000 $ + MONTANT demandé pour les fragments collectés = 4000 $ pour chaque fragment.

Les documents devront êtres authentifiés / approuvés par moi.

(Ces documents sont uniques / codées selon un protocole précis)

Des informations additionnelles concernant le contenu de cette documentation et autres aspects (protocole de classification utilisé + etc.) seront présentées en temps et lieux.

Bref descriptif: Collecte de fragments (cheveux, ongles, salive) au sein de l'espace urbain dans l'optique d'interroger, de façon métaphorique,  les contacts humains dans un contexte sécuritaire. 

 

Pour matérialiser mes observations psychosociales / mes questionnements / mes réflexions / mes critiques / les concepts provenant de théoriciens /  etc.,  j'ai réalisé cette phase sous la forme d'un action urbaine. J'ai donc arpenté  la ville afin de collecter des fragments d'ADN (cheveux, ongles, salive). 

* PHASE 2 La documentation de ma micro - intervention + Objet de ma phase  # 2 ¬ effectio # 2: Micro - Intervention ¬ Geste + Objet peuvent faire l'objet d'une discussion visant une possible acquisition. À discuter MONTANT demandé pour les archives photographiques de ma micro - intervention = 50 000 $ + MONTANT demandé pour les objets en circulation = 25 000 $ par objet. Ces objets trouvés par hasard par des individus au sein de l'espace urbain doivent êtres identifiés par moi. L'OBJET original en ma possession vaut 75 000 $

Les documents devront êtres authentifiés / approuvés par moi.

(Ces documents sont uniques / codées selon un protocole précis)

Des informations additionnelles concernant le contenu de cette documentation et autres aspects (protocole de classification utilisé + protocole d'authentification, etc.) seront présentées en temps et lieux.

Bref descriptif: Réinjection, au sein de l'espace urbain, des fragments d'ADN (cheveux, ongles) collectés lors de ma phase # 1 dans l'optique d'interroger le paradigme sécuritaire. 

* PHASE 3 La documentation + Objet de ma phase  # 3 ¬ effectio # 3: Micro - Sculpture ¬ Objet | Archive peuvent faire l'objet d'une discussion visant une possible acquisition. À discuter. MONTANT demandé pour chaque micro - sculpture = 90 000 $ chacune.  

Les documents devront êtres authentifiés / approuvés par moi.

(Ces documents sont uniques / codées selon un protocole précis)

Des informations additionnelles concernant le contenu de cette documentation et autres aspects (protocole de classification utilisé + etc.)  seront présentées en temps et lieux.

Bref descriptif: Réinjection des fragments d'ADN collectés lors de la phase # 1 au sein d'un travail sculptural dans l'optique d'interroger le paradigme sécuritaire. 

 

Pour matérialiser mes observations psychosociales / mes questionnements / mes réflexions / mes critiques / les concepts provenant de théoriciens /  etc.; j'ai réalisé cette phase sous la forme d'un travail sculptural. 

Ces micro - sculptures sont façonnées à partir des fragments d'ADN (cheveux et ongles) collectés lors de ma première phase + de l'argile + du verre. 

* PHASE 4 Ma phase # 4 (installation) 

Non diffusée au sein d'un lieu physique / concret.  

Des propositions d'expositions  ? Des propositions d'entrevues / conférences ? 

_______________________

2. Pour l'acquisition de mes autres travaux (section autres travaux de mon site Web): performances + photographies conceptuelles ET performatives + micro - interventions + etc. 

////// ENGLISH VERSION - soon 

 

©Frédéric Laflamme

Ces travaux (inc. la démarche, concept, idée, technique, etc. ) ne peuvent en aucun cas être modifiés, utilisés, téléchargés, partagés, appropriés, copiés, remaniés, exposés, instumentalisés, etc. Ce droit d'auteur absolu s'adresse à tous et toutes pour l'ensemble des pays du monde y compris sur le numérique /These works (inc. the gait, concept, idea, technique, etc.) cannot be modified, used, downloaded, shared, appropriate, copied, reworked, exposed, instumentized, etc. This absolute copyright is for all countries of the world.

MON TRAVAIL, MES DROITS D'AUTEURS, MON CAPITAL 

MY WORK, MY ROYALTIES, MY CAPITAL 

 

 

    Frédéric 
LAFLAMME
                                   Artiste / plasticien ¬ conceptuel | interdisciplinaire